En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus

Phénofield® : un outil de recherche unique pour relever le défi du changement climatique

Le 12 mai 2015, ARVALIS a inauguré PhénoField®, le 1er outil européen de recherche en plein champ qui permet de comprendre l’élaboration du rendement du maïs, du blé et d’autres espèces de grandes cultures en situation de déficit hydrique. Située à Ouzouer-le-Marché (41), cette plateforme va permettre, dès cette année, d’acquérir des millions de données permettant d’identifier les gènes qui contribuent à la tolérance à la sécheresse du maïs et du blé et de développer de nouvelles variétés.

Une réponse au changement climatique

Alors que les progrès génétiques réalisés sur le blé tendre vont dans le sens d’une augmentation significative de rendement, ce dernier stagne. En cause, le réchauffement climatique et des déficits de pluviométrie dans certaines régions. En maïs, bien que les effets sur la production agricole ne soient pas visibles, la contrainte hydrique en période estivale est de plus en plus forte. Dans un tel contexte, PhénoField®, en cherchant à déterminer les gènes contribuant à la tolérance à la sécheresse du maïs et du blé pour développer de nouvelles variétés, constitue une réponse au changement climatique. Il s’inscrit dans les actions du programme Investissements d’avenir mis en place par l’État en 2012.

Accélérer la sélection variétale

PhénoField® se compose de 8 toits roulants, couvrant au total 5 000 m², permettant non seulement de protéger automatiquement les expérimentations de la pluie mais aussi de les irriguer. Le dispositif a donc la possibilité de maîtriser les périodes et les intensités de déficits hydriques, voire d’apporter de plus grandes quantité d’eau par irrigation (eaux de pluie recyclées). Ces parcelles « sous contrôle » peuvent être comparées aux parcelles d’essais en plein champ. Grâce à une batterie de capteurs, des mesures physiques sur la croissance et le développement des plantes sont réalisées en continu.

« Ce processus de phénotypage à haut débit permettra, à terme, de développer de nouvelles variétés de blé et de maïs plus tolérantes à la sécheresse, de bien caractériser le fonctionnement des variétés et de mettre aux points des innovations technologiques » a
déclaré Christophe Terrain, Président d’ARVALIS - Institut du végétal.