En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus adaptés à votre région et réaliser des statistiques.

En savoir plus

Emplois et stagesDéposer une candidature spontanée

Filtres

CDI Ingénieur agronome Normandie

  • Lieu : Rots (14)
  • Type du contrat : CDI
  • Date de début du contrat : Dès que possible
  • Date de dépot de l'offre : 11/10/2019
  • Référence : DAR-14-1102019

 ARVALIS-institut du végétal, recrute deux ingénieurs agronomes en région NORMANDIE, répondant au profil suivant :

Missions
:

- Être l’interlocuteur privilégié des partenaires et des clients d’ARVALIS et traduire leurs besoins en actions et en conseils opérationnels,
- Gérer le suivi d’un portefeuille de partenaires et clients,
- Développer et acquérir et les compétences techniques adaptées aux questions des agriculteurs et des entreprises de la région
- Accompagner le déploiement d’offres et de prestations diversifiées liées aux domaines d’activités que sont l’expérimentation, la communication, la formation, les outils d’aide à la décision et l’expertise en réponse à leurs attentes.
- Développer des partenariats avec les instances et les entreprises régionales
- Contribuer à l’élaboration, à la conduite et à l’encadrement d’un programme d’expérimentations et d’études
- Exercer des missions de chef projet à l’échelle régionale ou inter régionale

Les missions s’exercent au sein d’une équipe de 4 ingénieurs

CDI Ingénieur régional Normandie

  • Lieu : Ecardenville la Campagne (27)
  • Type du contrat : CDI
  • Date de début du contrat : Dès que possible
  • Date de dépot de l'offre : 11/10/2019
  • Référence : DAR-27-11102109

ARVALIS-institut du végétal, recrute un ingénieur agronome régional en NORMANDIE, répondant au profil suivant :

Principales missions :
- Être l’interlocuteur privilégié des producteurs, des partenaires et des clients d’ARVALIS et traduire leurs besoins en actions et en conseils opérationnels,
- Acquérir et développer l’expertise technique adaptée aux questions des agriculteurs et des entreprises de la région
- Développer des partenariats avec les instances et les entreprises régionales
- Elaborer, conduire et encadrer un programme d’expérimentations et d’études sur l’ensemble du territoire Normand
- Assurer les missions de Chargé de projets à l’échelle interrégionale : montage de projets de R&D partenariaux, suivi des dossiers de financements externes (région, Europe, …) et conduite technique de projets.
- Prendre en responsabilité des équipes et de la gestion des sites d’Ecardenville (27) et de Rots (14), notamment les budgets et les équipements

2 CDI ingénieurs marché

  • Lieu : Boigneville (91) ou la Jaillière (44)
  • Type du contrat : CDI
  • Date de début du contrat : Dès que possible
  • Date de dépot de l'offre : 11/10/2019
  • Référence : DV-91-44-11102019

Dans le cadre de la mise en place de la Direction de la Valorisation, ARVALIS Institut du végétal, organisme de recherche appliquée et de développement agricole, recherche deux ingénieurs marché pour participer au développement de son activité commerciale.

Mission :
A ce titre, vous serez placé(e)s sous la responsabilité du Chef Marché Organisme Stockeurs dans un premier temps auquel vous rendez compte régulièrement. A l’interface entre clients, équipes internes de l’institut et partenaires externes, votre mission consiste à assurer l’implémentation et la bonne mise en œuvre des produits et services d’Arvalis auprès de ses clients, de coordonner leurs améliorations et le développement de nouveaux produits, ainsi que de participer à leur promotion.
Pour ce faire, vous vous assurez, en lien étroit avec les clients, des bonnes conditions de mise en œuvre opérationnelle des produits vendus (disponibilités des ressources, validation des calendriers, coordination des interventions, …). Vous pilotez leur suivi durant la campagne en lien étroit avec les différentes directions de l’institut, avec lesquelles vous coordonnerez les interventions nécessaires. Vous organisez la remontée des retours clients, leur diffusion en interne et coordonnez sur la base de ces retours les évolutions techniques nécessaires à l’amélioration de nos produits (constitution d’équipes projet, rédaction de cahier des charges, organisation des plannings de développement, animation de focus groups utilisateurs, …). En étroite collaboration avec l’équipe marketing et les ingénieurs d’affaires, vous participerez à la mise en place d’actions de promotion autour des produits identifiés comme prioritaires en termes de développement commercial (rédaction d’argumentaires de vente, …).

Stage Estimation quantitative des précipitations

  • Lieu : Boigneville (91)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : février 2020
  • Date de dépot de l'offre : 09/10/2019
  • Référence : SIGMA-91-08102019

Sujet : Etude et mise en place d’un algorithme permettant d’estimer en tout point d’un territoire les cumuls de précipitations à l’échelle journalière.

Dans un contexte de variabilité croissante du climat et compte tenu du caractère météo sensible de l’agriculture, connaitre avec précision les conditions climatiques sur ses parcelles devient un enjeu majeur pour piloter au mieux son parcellaire. Parmi toutes les variables météorologiques, les précipitations apparaissent comme une des variables les plus influentes mais malgré le développement de nombreux et nouveaux outils de mesures, une estimation fine des précipitations à l’échelle d’un territoire ou d’une parcelle reste difficile à appréhender.

A ce contexte se rajoute le développement d’outils d’aide à la décision (OAD) pour accompagner l’agriculteur dans son quotidien lui permettant d’être plus efficace dans sa prise de décision tactique et de répondre également à des enjeux sociétaux, environnementaux et réglementaires. La majorité de ces nouveaux outils nécessite des données météorologiques pour formaliser le conseil, en particulier les précipitations.

ARVALIS institut du végétal souhaite développer une approche méthodologique permettant d’estimer en tout point d’un territoire les cumuls de précipitations à l’échelle journalière.

Les données mises à disposition sur les années 2017-2018-2019 se composeront :
1/ d’un réseau de stations physiques réparties sur l’ensemble du territoire
2/ de données satellites provenant du programme « IMERG multi-satellite precipitation estimates » couvrant le domaine France

A côté de méthodes classiques d’estimation spatiale, l’implémentation de méthodes d'intelligence artificielle sera également développée.

Des rencontres avec des experts en modélisation et statistique lui permettront de poser les bonnes hypothèses de travail afin de mener à bien son stage.

Objectif du travail
Les objectifs sont :
1. Réalisation d’une synthèse bibliographique sur les méthodes existantes
2. Mise en oeuvre des différentes méthodologies
3. Expertiser les différentes approches et formuler des recommandations
4. Possibilité de réalisation d’un POC permettant le traitement automatisé des données

Stage Protection intégrée de la pomme de terre

  • Lieu : Estrées Mons (80)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : mars-avril 2020
  • Date de dépot de l'offre : 07/10/2019
  • Référence : DAR-80-07102019

Sujet : Vers une meilleure protection intégrée de la pomme de terre pour l’alternariose : évaluation des moyens de lutte et outil d’aide à la décision.

Une offre de stage est proposée au sein de la délégation Hauts-de-France en lien étroit avec le Laboratoire de Pathologie Végétale d’Arvalis-Institut du végétal pour une durée de 6 mois à compter de mars-avril 2020.

L’alternariose, seconde maladie fongique foliaire la plus importante pour la pomme de terre, entrainerait des pertes de rendements de l’ordre de 20% en moyenne. En France, cette maladie est causée par un complexe d’espèces présentes simultanément et dont la spécificité de symptômes n’est pas établie : Alternaria section Porri qui contient les espèces les plus virulentes, et Alternaria section alternaria plus polyphage et dont le statut de pathogènes de la pomme de terre est encore discuté par la communauté scientifique. Elles sont capables de provoquer des symptômes de types différents (larges lésions avec cercles concentriques ou nombreuses petites lésions). Ses symptômes sont facilement confondus avec d’autres symptômes tels que carences nutritionnelles (bore, magnésium, ...), brûlures d’ozone, stress physiologiques ou encore senescence des plantes. A ce jour, seules des analyses en laboratoire permettent de poser un diagnostic fiable à 100% et de valider la présence d’Alternaria sur des plantes au champ.

Dans le cadre du stage, nous proposons de suivre les expérimentations mises en oeuvre dans le cadre du projet de recherche INTERREG, avec les instituts belges, nommé SYTRANSPOM. Ces expérimentations s’intéresseront à la caractérisation des symptômes, le suivi épidémiologique de la maladie et aux différents moyens de lutte contre l’alternariose, telles la lutte génétique et l’application et le positionnement de fongicides, . Un travail sur l’échantillonnage des symptômes servant au diagnostic effectué par le laboratoire de Grignon ainsi que le suivi d’un piège à spores seront à réaliser.

Stage Amélioration des conseils de l’OAD Mileos®

  • Lieu : Boigneville (91)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : 16/03/2020 (négociable)
  • Date de dépot de l'offre : 04/10/2019
  • Référence : SPIC-91-04102019

Titre du stage :  Contribution à l’amélioration des conseils de l’OAD Mileos® contre le mildiou de la pomme de terre : mise en place d’un module « inoculum primaire » et validation du modèle « alternaria ».

Sujet :

L’utilisation des outils d’aide à la décision (Mileos®) représente une forte marge de progrès afin de définir les meilleures dates de traitement contre le mildiou de la pomme de terre et de contribuer à la réalisation du plan Ecophyto. Concernant le premier objectif, le démarrage des épidémies est dépendant des conditions climatiques de l’hiver ce qui n’est pas pris en compte actuellement. La création d’un module « Inoculum primaire » est souhaitée pour rapprocher les simulations des observations réelles (BSV). D’autre part, l’alternariose est la seconde maladie foliaire des pommes de terre. Aujourd’hui, cette seconde maladie est traitée de manière empirique voire systématique par les producteurs. Le second objectif de ce stage sera de contribuer à la validation d’un module alternaria dans Mileos à partir de modèles publiés et dans la cadre du projet européen SyTransPom avec nos partenaires belges.

Objectif du travail :
Contribuer à l’amélioration des paramétrages de Mileos® et à la création d’un module « Inoculum primaire » de gestion de la valeur forfaitaire de démarrage des simulations suivant les années.
Tester la fiabilité et valider les conseils de traitements délivrés un modèle épidémiologique « alternaria » dans le cadre du projet européen SyTransPom.

CDI Ingénieur chimiste

  • Lieu : Boigneville (91)
  • Type du contrat : CDI
  • Date de début du contrat : Dès que possible
  • Date de dépot de l'offre : 04/10/2019
  • Référence : SQV-91-03102019

Un poste d’ingénieur est à pourvoir pour prendre la responsabilité du secteur analyses chimiques et infrarouge du laboratoire accrédité par le COFRAC selon la norme NF EN ISO/CEI 17025.
Ce laboratoire, composé de 20 personnes, met en oeuvre et développe des méthodes d’analyse pour la caractérisation des matières premières agricoles en vue de leur utilisation dans les domaines de l’alimentation humaine et animale, en appui aux projets de recherche de l’Institut et en réponse aux demandes des clients, de la filiale d’ARVALIS et d’autres partenaires.

Missions
Rattaché(e) à la responsable du Pôle Analytique et en appui aux différents experts de l’Institut, vos principales missions seront de :
✓ Manager une équipe de 5 techniciens
✓ Être le référent technique et méthodologique du laboratoire sur les analyses chimiques (eau, protéines, amidon, fibres, chromatographie…)
✓ Développer ou améliorer des méthodes d’analyses chimiques
✓ Assurer la validation de résultats quantitatifs de votre équipe et rendre des résultats fiables aux clients
✓ Participer à la veille scientifique dans le domaine d’activités du Pôle
✓ Représenter le laboratoire (interne et externe)
✓ Sélectionner et évaluer les sous-traitants
✓ Être référent hygiène et sécurité

CDD Technicien Suivi d'essais PlantServ

  • Lieu : La Jaillière (44) ou La Roche-sur-Yon (85)
  • Type du contrat : CDD (5 mois)
  • Date de début du contrat : 05/11/2019
  • Date de dépot de l'offre : 04/10/2019
  • Référence : SAAE-44-85-30092019

Le projet PlantServ (Impact des plantes de service sur le contrôle des ravageurs de grandes cultures céréalières) s’intéresse à l’intérêt des bandes fleuries pour favoriser la régulation des pucerons d’automne et donc limiter les dégâts sur céréales. Le projet repose sur des observations réalisées sur deux réseaux de parcelles : en Bretagne et en Pays de la Loire.
ARVALIS Institut du végétal recrute dans ce cadre un technicien pour réaliser les suivis à l’automne.

Fonctions :
Dans le cadre du projet, des suivis auront lieu sur une dizaine de parcelles pour étudier :
- le taux d’infestation par les pucerons sur les céréales
- la régulation biologique des pucerons par les hyménoptères parasitoïdes
- l’abondance et de la diversité des prédateurs du sol

La personne recrutée sera également chargée de réaliser :
- l’identification des auxiliaires et des ravageurs capturés
- leur conditionnement et envoi aux partenaires pour études spécifiques
- la saisie des données d’observation

Stages Bac + 2 et Bac + 4

  • Lieu : Ouzouer-le-Marché (41)
  • Type du contrat : Stage (3 mois)
  • Date de début du contrat : à partir de mars 2020
  • Date de dépot de l'offre : 02/10/2019
  • Référence : DAR-41-011019

La station Arvalis Institut du végétal d’Ouzouer le Marché (41) travaille sur les filières céréales à paille et maïs. Elle propose, dans le cadre de son activité d’expérimentation aux champs, 2 stages d’une durée de 3 à 6 mois sur la période de mars à août 2019.

Parmi les différents thèmes de stages, nous proposons les thématiques suivantes :
- lutte contre les maladies : Innovations produits et stratégie fongicide.
- irrigation : Suivi des tensiomètres et gestion de l’irrigation.
- agriculture Biologique : Evaluation des performances de différentes formes d’engrais phosphatés
- fertilisation
- caractérisation variétale en céréales à paille

Stage Conservateurs de fourrages

  • Lieu : Loireauxence (44)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : 04/10/2019
  • Date de dépot de l'offre : 02/10/2019
  • Référence : SAEE-44-01102019

Sujet : Modes d’action, efficacité et intérêts technico-économique des conservateurs de fourrages

Contexte :

L’agrandissement des élevages de ruminants et les aléas climatiques incitent les éleveurs à accroître la quantité de fourrages stockés. Le maïs fourrage et l’herbe constituent les principaux fourrages récoltés. L’ensilage est le principal mode de conservation utilisé. Sa réussite tient à plusieurs paramètres parmi lesquels une teneur en MS adaptée, un tassage efficace ainsi qu’une couverture rapide et hermétique du silo. Lors de la phase de reprise du fourrage, un avancement rapide du front d’attaque permet de limiter le risque d’échauffement. Cependant, durant le processus d’ensilage ou lors de la phase de reprise du fourrage, plusieurs phénomènes peuvent dévaluer la qualité ou la quantité du fourrage stocké : lyse des protéines, pertes de matière organique, développement de micro-organismes indésirables… Les conservateurs de fourrage, et notamment d’ensilage, ont pour objectif de réduire voire d’empêcher ces phénomènes indésirables. Il en existe de plusieurs types : acides organiques, bactéries lactiques homofermentaires ou hétérofermentaires, enzymes, tanins... Sur un plan technique, il est important de connaitre les modes d’action de chacun des conservateurs pour préciser leur utilité. Par ailleurs, leur efficacité et leur rentabilité doivent être étudiées pour proposer aux éleveurs une analyse objective de l’intérêt technico-économique d’en utiliser.

Mise en oeuvre et missions :
Ce stage s’inscrit dans la continuité des travaux d’ARVALIS Institut du végétal en matière de récolte et conservation des fourrages. Le stage sera réalisé au sein du pôle Fourrages, et bénéficiera de l’appui interne sur les volets statistiques et modélisation. Au sein de ce stage, vous aurez pour missions de :
- compléter la synthèse bibliographique (française et internationale) regroupant l’ensemble des données expérimentales indépendantes acquises sur le sujet (effets sur le fourrage et sur les performances animales)
- modéliser l’efficacité technique des conservateurs sur le fourrage (chute de pH, effets indirects sur la préservation des protéines et la réduction des pertes de matières organiques…)
- réaliser une grille de décision quant à l’intérêt technico-économique pour un éleveur d’utiliser un conservateur, selon les conditions et les caractéristiques de son fourrage

Stage Dates de semis et changement climatique

  • Lieu : Saint-Pierre d’Amilly (17)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : janvier-mars 2020
  • Date de dépot de l'offre : 01/10/2019
  • Référence : DAR-17-011019

Sujet : Adaptation des pratiques culturales au changement climatique : analyse et adaptation du choix des dates de semis et des idéotypes variétaux des céréales à paille et du maïs grain dans l’Ouest

Contexte

Le changement climatique se traduit par différents phénomènes déjà perceptibles sur le terrain et qui vont s’amplifier dans les prochaines années : accélération et perturbation des cycles culturaux, survenues d’accidents climatiques peu prévisibles (épisodes de froid, canicules, pluies intenses, déficit hydrique,…). Pour faire face à ces évolutions, l’adaptation des idéotypes variétaux et des dates de semis peut constituer un levier puissant pour limiter l’impact des accidents climatiques et améliorer la résilience des cultures de céréales à paille et de maïs grain. Le bassin d’étude correspond à la région Ouest d’Arvalis Institut du Végétal : Nord de la Nouvelle-Aquitaine (ex Poitou-Charentes), Pays de la Loire, Bretagne, Normandie.

Objectifs
• Caractériser et quantifier les effets du changement climatique observable depuis 20 ans et prévisible pour les 10 prochaines années à l’échelle du bassin concerné;
• Expertiser l’impact de ces évolutions sur les cultures de blé tendre, de blé dur, d’orge et de maïs grain;
• Objectiver, parmi les leviers d’adaptation possibles pour réduire l’impact du dérèglement climatique, l’enjeu du choix variétal et celui de l’adaptation des dates de semis pour les cultures retenues ;
• Proposer des outils de communication adaptés à la promotion de ces nouvelles pratiques;

Stage Cultures intermédiaires et flore adventice

  • Lieu : Boigneville (91)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : 02/03/2020
  • Date de dépot de l'offre : 26/09/2019
  • Référence : SAEE-91-26092019

Sujet : Impact de la conduite des cultures intermédiaires sur la flore adventice

La gestion des adventices est un enjeu majeur étant donné leur impact potentiel sur la production agricole.
L’interculture est une période clef sur ce plan. Le travail du sol (labour ou absence de labour, faux semis, destructions mécaniques…) modifie parfois profondément la flore adventice en termes d’espèces présentes et d’abondance (Cordeau et Adeux, 2018). Le rôle des cultures intermédiaires est lui aussi bien connu, notamment pendant la période d’interculture. Le couvert, comparé à un sol nu conduit de la même manière, peut exercer une compétition sur les adventices, pour la lumière, l’eau ou l’azote par exemple. Des cultures intermédiaires produisant des biomasses élevées rapidement contrôlent mieux la flore que des couverts peu développés (Métais et al., 2019). Les crucifères semblent plus aptes que d’autres familles à produire ces biomasses élevées lorsque le sol fournit suffisamment d’azote minéral. D’autres espèces peuvent cependant montrer un impact intéressant sur la flore adventice. Cela peut par exemple être le cas du sarrasin dont la croissance peut être rapide s’il est semé suffisamment tôt. La bibliographie évoque aussi l’implication de substances allélopathiques mais ce mode d’action est complexe à mettre en évidence sur le terrain puisqu’il se confond avec les mécanismes de compétition entre plantes (Cordeau et Moreau, 2017). Afin d’optimiser la conduite des couverts végétaux et leur impact sur la flore adventice dans un contexte où le glyphosate pourrait être supprimé, il semble nécessaire de mieux connaître l’impact des couverts sur la flore pendant l’interculture et dans les cultures suivantes. Il est notamment important d’essayer de mieux comprendre quels sont les leviers de conduite du couvert (espèces, date de semis, disponibilité en azote…) les plus adaptés à différents contextes agricoles.

A ce jour, il existe peu de conseils formalisés dans ce domaine, vu sous l’angle de la gestion des adventices. La gestion du couvert est encore souvent réalisée dans d’autres optiques, telles que la gestion de l’azote, de la couverture du sol ou d’objectifs d’ordre économique ou organisationnel (Labreuche, 2011).

Ce travail est proposé dans le cadre du projet Casdar semences RAID (Régulation biologique des Adventices : Evaluation des ressources phytogénétiques et conception d’IDéotypes pour des systèmes de cultures
multiperformants), animé par Delphine Moreau (UMR Agroécologie – INRA Dijon).
Site web (projet) : https://delphinemoreau0.wixsite.com/casdarraid

L’objectif de ce stage est de mieux connaître l’impact des cultures intermédiaires sur la flore adventice pendant l’interculture notamment en s’appuyant sur deux méthodes :
- réaliser une synthèse bibliographique de l’effet des couverts sur la flore pendant l’interculture et dans les cultures suivantes. Au-delà des impacts globaux observés, il est notamment prévu de bien en identifier les mécanismes impliqués. Il faudrait également tenter de comprendre les éléments de conduite de l’interculture (espèces, date de semis, disponibilité en azote…) les plus à même de favoriser la maîtrise de la flore.
- analyser les données d’essais dans lesquels des cultures intermédiaires ont fait l’objet de suivi de la flore adventice. Neuf types d’essais, réalisés par Arvalis, l’INRA et Agrosup Dijon, seront analysés et intégrés dans une synthèse. Selon les possibilités, d’autres essais réalisés par d’autres partenaires pourraient être intégrés.

En termes de valorisation du travail effectué précédemment, il sera établi, dans la mesure du possible, des recommandations visant à contrôler le développement de la flore adventice pendant l’interculture. La conduite du
couvert sera précisée (espèces, date et mode de semis…), en interaction avec la situation agronomique ou d’autres éléments de conduite du système de culture. Si possible, ces recommandations seront intégrées dans l’outil d’aide au choix des espèces cultures intermédiaires développés par Arvalis (Arvalis, 2016).

Stage Cultures intermédiaires multi-services

  • Lieu : Baziège (31)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : mars-avril 2020
  • Date de dépot de l'offre : 25/09/2019
  • Référence : SAEE-31-25092019

Les cultures intermédiaires multi-services (CIMS) représentent un levier important pour la transition agroécologique de l’agriculture, notamment en permettant d’améliorer la multi performance des systèmes de culture dans un contexte de forte réduction de l’usage des intrants de synthèse.

Les CIMS offrent à la fois des services environnementaux (réduction des pertes et recyclage d’éléments minéraux tels que l’azote, stockage du carbone et atténuation du changement climatique) et économiques (réduction de l’usage d’engrais azotés de synthèse, valorisation en tant que culture dérobée ou comme culture à vocation énergétique) qui restent assez difficiles à quantifier.

L’outil MERCI (Méthode d’Estimation des Restitutions par les Cultures Intermédiaires) développé en 2009 par la Chambre d’Agriculture de Poitou Charentes et largement diffusé à l’échelle nationale permet d’estimer à partir d’une simple mesure au champ les quantités de N, P et K mobilisés et recyclées par les cultures intermédiaires.
Une nouvelle version de cet outil est en cours de développement dans le cadre du projet MERCI (projet porté par la Chambre Régionale d’Agriculture de Nouvelle Aquitaine) afin d’améliorer ses fonctionnalités : intégration de nouvelles références pour élargir le domaine de validité de la méthode, prise en compte de la cinétique de restitution de l’azote et nouvelles sorties permettant (valeur fourragère, pouvoir méthanogène, stockage de carbone) d’évaluer d’autres services des CIMS que la simple restitution de N, P, K.
L’objectif du stage est de produire de nouvelles références permettant d’évaluer les services rendus par les différentes espèces de CIMS à partir d’une base de données « Couverts végétaux » nationale et de valider certaines hypothèses de calcul utilisées dans la version 1 de MERCI. Ces références seront ensuite intégrées à la version 2 de l’outil MERCI mais pourront également être valorisées en tant que telles pour guider les agriculteurs et leurs conseillers dans le choix des espèces de leurs CIMS en tenant compte du contexte pédoclimatique, de leurs pratiques et de leurs objectifs.

Le travail à réaliser est le suivant :
- expertiser et consolider la base de données (BDD) « Couverts Végétaux » existante
- analyser cette BDD afin d’établir des références par espèce pour différents indicateurs : % de matière sèche, d’éléments minéraux, ratio biomasse aérienne / racinaires, valeur fourragère, pouvoir méthanogène...
- évaluer les prédictions de l’outil MERCI et valider son paramétrage à partir d’un jeu de données complémentaire
- élaborer des références régionales pour réussir la conduite des couverts.

Stage Composantes de rendement du blé tendre

  • Lieu : Villiers-le-Bâcle (91)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : Février-Mars 2020
  • Date de dépot de l'offre : 23/09/2019
  • Référence : SVIG-91-23092019-PLASTIX

Sujet : Explorer la plasticité des composantes de rendement du blé tendre : combiner capteurs, essai au champ et bases de données.

Objectif du travail :
La stabilisation des rendements des céréales à paille peut passer par la création et l’utilisation de variétés présentant une grande souplesse dans leur mise en place des composantes de rendement (densité d’épis, fertilité, PMG). Cependant, la complexité des dispositifs ad hoc au champ freine cette progression.
Un projet partenarial regroupant sélectionneurs et équipes de recherche est initié pour explorer la capacité des plantes de blé à maximiser la plasticité des composantes de rendement. L’émergence de nouvelles techniques dont le comptage automatique d’épis par photographie et analyse d’image peut lever un verrou majeur. Un essai est donc mis en place pour optimiser l’utilisation conjointe de pratiques expérimentales et statistiques.

Les objectifs du stage sont :
1. Suivre une expérimentation au champ, à l’aide de mesures plante éprouvées, dans un dispositif novateur.
2. Mettre en œuvre un protocole de test de validation du comptage des épis par photographie numérique, pour rendre compte de la précision de la méthode et de son domaine de validité.
3. Compiler et interpréter les résultats de l’expérimentation.
4. Comparer les conclusions d’un essai dédié à une analyse fine d’une base d’essais historiques non dédiés (essais variétés, essais Panel) ; réalisation d’une typologie variétale

Stage Evaluation d’une nouvelle céréale pérenne

  • Lieu : Villiers-le-Bâcle (91)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : Février-Mars 2020
  • Date de dépot de l'offre : 23/09/2019
  • Référence : SVIG-91-23092019-KERNZA

Sujet : Evaluer le potentiel de croissance d’une nouvelle céréale pérenne pour initier des systèmes de culture durables et efficients

Objectif du travail  :
La plupart des espèces cultivées actuellement en agriculture sont des espèces annuelles. Ceci nécessite l’allocation d’une part significative de la biomasse à la mise en place du système racinaire, sans permettre cependant une valorisation maximale des ressources. Le recours à des cultures à graines pérennes pourrait offrir des perspectives intéressantes dans le cadre de systèmes de cultures plus durables. Dans ce cadre de réflexion, des céréales pérennes ont été développées, et nécessitent d’être évaluées pour leurs aptitudes écophysiologiques. Cet aspect totalement innovant fait l’objet d’un projet partenarial (INRA, ISARA, Secobra, Arvalis), dans lequel s’inscrit ce stage.

Les objectifs du stage sont :
1. Suivre une expérimentation au champ, où blé annuel, blé pérenne (Thinopyrum intermedium ou Kernza) et graminée fourragère seront suivies et comparées.
2. Mettre en œuvre une large gamme de méthodologies (mesures de biomasse, indice foliaire, enracinement, absorption eau et azote) nécessaires à l’évaluation des performances des 3 types culturaux.
3. Compiler et interpréter les résultats de l’expérimentation ; les comparer à d’autres essais passés ou en cours.
4. Mettre en œuvre une démarche de modélisation simple de la croissance du couvert

Stage Observatoire de croissance des cérééales

  • Lieu : Villiers-le-Bâcle (91)
  • Type du contrat : Stage (6 mois)
  • Date de début du contrat : au choix
  • Date de dépot de l'offre : 23/09/2019
  • Référence : SVIG-91-23092019-OBSERVATOIRE

Sujet  : Valoriser et améliorer un observatoire multilocal de croissance des cultures des céréales : exploitation de données et de modèles.

Objectif du travail  :
Un observatoire multilocal décrivant la croissance et le développement des céréales à paille est un outil particulièrement puissant pour analyser a posteriori le déroulement d’une campagne culturale, mais aussi pour offrir un suivi en temps réel de l’état des cultures et ainsi guider les agriculteurs et leurs conseillers. Néanmoins, un tel dispositif est soumis à de multiples contraintes agronomiques et techniques : évolution de la densité du réseau, évolution des variétés étudiées, difficulté à caractériser les environnements.

Les objectifs du stage sont :
1. De proposer une méthode statistique adaptée pour permettre une analyse et une interprétation rigoureuse et fiable à des fins de bilan de campagne
2. De mettre en œuvre cette méthode sur les 5 dernières campagnes, pour illustrer le poids des facteurs environnementaux
3. De proposer des évolutions au mode de suivi : mise en œuvre d’un modèle de culture, constitution d’un tableau de bord de l’état des cultures (cas-types, situations réelles)

CDD Ingénieur construction conseil opérationnel

  • Lieu : Boigneville (91)
  • Type du contrat : CDD (18 mois)
  • Date de début du contrat : dès que possible, octobre 2019
  • Date de dépot de l'offre : 18/09/2019
  • Référence : SAEE-91-180919-AGROECOSOL

Un poste d’ingénieur en CDD est à pourvoir dans le cadre de la construction opérationnelle d’un conseil innovant à partir d’un diagnostic de la qualité du sol, mettant en œuvre notamment de nouveaux indicateurs de l’activité biologique du sol. Un diagnostic complet centré sur cette nouvelle analyse de terre va être proposé à la parcelle, complété par des solutions agro-écologiques, pour rendre des services aussi bien en termes de productivité que de finalités environnementales.

La mission :

Le Projet pré-industriel « Agro-Eco Sol » (financement PIA-ADEME) a pour objectif de construire une offre de service aux agriculteurs pour (i) un diagnostic de la qualité biologique des sols agricoles et (ii) un conseil agro-écologique opérationnel permettant d’adapter leurs itinéraires techniques pour optimiser le fonctionnement biologique des sols. 3 principaux partenaires sont impliqués : Auréa AgroSciences, INRA et Arvalis, en collaboration avec AgroSolutions, des coopératives et des laboratoires de recherche privés ou publics.

La mission consiste principalement à l’appui à la réalisation de la seconde partie (ii) du projet, à savoir la construction du conseil opérationnel, sous l’animation d’Arvalis, notamment de la construction des algorithmes d’interprétation.

L’ingénieur travaillera au sein des équipes concernées d’Arvalis, à la Direction Recherche & Développement, avec de fortes interactions avec Auréa, ainsi qu’avec les experts de chaque bio-indicateur du projet.

Une première étape sera constituée par une étude bibliographique, sur les démarches et algorithmes de conseil déjà existant, et sur les travaux des experts permettant de construire les règles de décision dans le cadre du projet.
Le principal chantier résidera dans la réalisation des algorithmes élémentaires d’interprétation, à partir des référentiels existants et des leviers disponibles, puis à leur assemblage vers le conseil final.
Enfin, une dernière étape consistera à évaluer le conseil ainsi mis en place sur sa multiperformance, sur des situations types.